L’amitié s’égare.

Étrange sensation que l’amitié fragile et incertaine. Elle se tisse, lentement comme une toile araignée. Se tricote avec précaution comme un vêtement vulnérable. Puis, le tremblement de trop, le geste de trop. Pour tout ruiner, tout détruire. Cette base sereine, que l’on pensait sincère, entourée d’une relation de confiance, s’évapore en fumée, d’un moment à l’autre. Cette rapidité est violente, douloureuse, pesante, incroyablement bouleversante. Surtout dans le cœur d’une adolescente. Ce jeune cœur, encore puéril, égoïste, qui laissait de la place à autrui. Ce cœur qui s’ouvrait, racontait ses plus douloureuses pulsations, dans les recoins sombres et mystérieux de ses artères, qui allait même chercher plus loin, jusqu’au bout de ses veines, pour en sortir la plus petite, la plus inutile goutte de sang. Ce don, était pour ce cœur, quelque chose d’extraordinaire, car il partageait avec un autre esprit, bien similaire au sien, la merveilleuse et naïve chose qu’est l’amitié. Sentiment multiplié par mille lors de l’adolescence, tordu dans tous les sens, lavé à grande bouée, plus traumatisant qu’un sentiment amoureux, une envie d’honneur un beau matin. On se crée une famille amicale, chaque membre à son rôle, chaque membre est indispensablement important, mais quand l’amputation arrive, il n’est plus l’heure de la transplantation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s