Avant que la rose fane.

Je n’ai jamais compris pourquoi les fleurs devaient faner. Pourquoi elles devaient mourir. Quand nous les avons chez nous, on n’y fait pas attention. Ma mère était heureuse d’en recevoir, on lui en offrait en signe de pardon, d’excuses. Quand on en avait besoin. Ces fleurs étaient accueillis avec un immense sourire, parfois quelques larmes de joie. Elles accompagnent les déclarations d’amour, les premiers rendez-vous, les demandes en mariage. On ne se rend pas compte que cette jolie rose est en train de mourir. On ne se rend pas compte qu’elle est en train de souffrir, on est juste heureux de l’avoir, quand on en a besoin. Puis un jour, elle commence à perdre une, deux, trois pétales. On en prend soin, on ne veut pas qu’elle parte, on ne lui demande pas pardon. Des excuses pour l’avoir laisser seule, dans son vaste pot de fleur, pour seul compagnon ce liquide. On l’aidait à la laisser l’absorber, malgré l’ivresse que ses pétales renvoyaient. Puis ce n’est qu’un jour, après une sale journée, que l’on découvre son état, que ce silence est rompu, que la vérité éclate. Cette rose meurt, il est maintenant trop tard pour la sauver. Mais cette rose, précisément, ne sera plus jamais comme avant. Ces pétales roses, cette tige verte, cette eau trouble. Tous ces souvenirs deviendront vagues au fil des jours, des mois, des années. Alors, occupez-vous d’elle. Avant que la rose fane.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s